dimanche 11 janvier 2009

Le développement du kosode : période Momoyama, 1568-1603


Hideyoshi, l’un des plus grands généraux du Japon, poursuit l’œuvre d’unification. Bien que fils de paysans, il met un terme à l’instabilité sociale en interdisant aux paysans de posséder ou de porter des armes, et de changer d’état. Il est interdit également aux militaires de changer de maître. Les dons du Zen fleurissent. La cérémonie du thé, la peinture à l’encre, l’art des jardins et l’art floral se développent.

Les travailleurs, ouvriers ou artisans, ont désormais accès à la broderie. Elle décore le kosode (vêtement à petites manches), l’ancêtre du kimono moderne. Ce vêtement est porté tous les jours par les classes inférieures de la société. Il se différencie du osode, vêtement à larges manches, porté par les nobles.
Cette période marque une rupture avec la tradition. Les brodeurs laissent libre cours à leurs qualités artistiques. Les différents points caractéristiques de la broderie japonaise sont créés, ceux-là même que tout brodeur commence par étudier de nos jours. Les couleurs chaudes sont appréciées, tout particulièrement l’or.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire